La nouvelle façon de penser le travail hybride

Comment les employeurs et les travailleurs regardent-ils le monde du travail après la crise du coronavirus? Comment appréhendent-ils cette autre manière de travailler? Et quel est l’impact de ces mentalités sur leur bien-être et sur l’organisation du travail? Wellbeingworks.be a cherché des réponses avec le Prof. Docteur Kathleen Vangronsvelt.

‘We must never become too busy sawing to take time to sharpen the saw.’ L’auteur en management américain Stephen Covey insiste sur le fait qu’on n’est en mesure d’aider les autres que si on est soi-même fort. Le fait que les employeurs et les responsables négligent leur propre bien-être représente certainement le plus grand obstacle à la transformation vers modèle de travail post-Covid qui soit durable.

 

Le Professeur Docteur Kathleen Vangronsvelt (Antwerp Management School) est tout à fait d’accord. D’après elle, l’organisation a un grand rôle à jouer quand il s’agit d’inciter ses responsables et d’autres personnes clés à prendre soin d’eux et d’accompagner les collaborateurs . Et elle doit les aider à répondre plus intelligemment à tous les changements dans l’organisation de travail et dans le chef de leurs collaborateurs. En tant qu’organisation, vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’ils prennent l’initiative de découvrir tous les changements eux-mêmes.

Fin de l’ancienne "normalité"

En cinq vagues entre avril 2020 et mai 2021, l’experte du travail a interrogé, avec sa collègue Professeur Docteur Ans De Vos, des entreprises et des organisations quant aux conséquences de la pandémie pour l’organisation du travail, le (télé)travail, les carrières et pour le bien-être.

 

L’étude approfondie nous apprend que beaucoup a changé dans la tête des travailleurs et des employeurs, ce qui rend un retour à l’ancienne normalité impossible. « Tout comme nous ne pouvons pas considérer le travail en pleine crise du coronavirus comme étant la nouvelle norme« , souligne avec insistance Kathleen Vangronsvelt. Ses idées de même que celles d’une série d’experts et d’enquêteurs étaient plus que précieuses pour notre white paper « La nouvelle façon de penser le travail hybride ». Le premier d’une série de trois portant sur leurs heurs et malheurs du modèle de travail post-Covid.

 

Dans l’article, nous nous penchons plus en profondeur sur ce que les travailleurs ressentent comme étant un choc dans leur carrière. Et sur la façon dont les employeurs ressentent qu’ils ne soutiennent pas suffisamment le besoin croissant en solidarité et en santé mentale de leurs travailleurs.

Gardons en tête que le travail tel qu'on l'a connu pendant l"année de crise ne deviendra pas la nouvelle norme.

Prof. dr. Kathleen Vangronsvelt

Productivité, confiance et bonne volonté

Contrairement à ce que les dirigeants d’entreprise craignaient, la plupart des télétravailleurs ont plus et mieux presté la première année de la pandémie qu’auparavant. C’est un soulagement pour les employeurs car la perte de productivité n’a pas eu lieu. Pour beaucoup d’entre eux, la pandémie a conduit à une crise de la solidarité. Plus de 4 employeurs sur 5 s’inquiètent de la santé mentale de leurs travailleurs et ne savent pas ce qu’ils pourraient faire de plus afin de soutenir le bien-être mental.

 

Il y a aussi de bonnes nouvelles. Malgré la crise de solidarité et l’inquiétude quant au bien-être mental, les employeurs ont appris à faire encore plus confiance en leurs travailleurs pendant cette crise sanitaire mondiale. En même temps, les dirigeants d’entreprise ressentent plus de bonne volonté chez leurs collaborateurs vis-à-vis de l’entreprise. « Cela ne peut avoir que des conséquences positives pour la future relation employeur-travailleur« , espère Kathleen Vangronsvelt. « Et cela confirme que la majorité des employeurs est convaincue de l’utilité du télétravail. »

La collaboration sous pression

Les travailleurs ont commencé à plus réfléchir à leur carrière et ils sont confrontés à ce que l’on appelle un choc dans leur carrière. Un sur quatre chercherait même un nouveau travail. Étant donné que leur entreprise ne veut, par exemple, pas introduire un environnement de travail hybride flexible. Cela vaut la peine d’être souligné, car normalement, la mobilité du travail diminue en période de crise.

Le Dr. Kathleen Vangronsvelt: « De plus, notre étude nous montre que de nombreux collaborateurs ont le sentiment subjectif de travailler plus qu’avant la crise du coronavirus. Ils se sentent donc plus stressés. » D’ailleurs, ceux qui ne se sentent pas bien dans leur peau éprouvent plus de difficultés à se connecter aux autres et à leur employeur. Cet isolement génère de nouveau d’autres effets secondaires qui entravent la collaboration entre collègues.

 

Toutefois, le choc de carrière ne doit pas forcément être une expérience négative. En acquérant de nouvelles expériences, de nombreux collaborateurs ont développé de nouvelles compétences et ils ont obtenu une meilleure vue d’ensemble sur leur croissance potentielle. « La pandémie a clairement boosté la courbe d’apprentissage des travailleurs. »

 

 ‘La pandémie a clairement boosté le courbe d'apprentisage des travailleurs.’ -

Prof. dr. Kathleen Vangronsvelt

Approche axée sur les gens

Impossible de revenir en arrière. Le travail hybride a obtenu sa place dans l’organisation du travail. Mais il ne fonctionne que dans des organisations ayant une vision quant au modèle de travail post-Covid. Il faut l’adopter. « Voyez le retour au bureau comme un processus de changement. Une phase d’apprentissage », souligne le docteur Kathleen Vangronsvelt. Le moment est idéal pour se pencher sur ce que les collaborateurs ont appris et pour booster la culture d’entreprise dans l’entreprise.

 

Cela implique de briser les frontières, dans l’organisation aussi. Une étude démontre qu’un cadre flexible qui permet au collaborateur de poser des choix a un impact plus positif sur le bien-être mental qu’un cadre très rigide et strict.

 

L’approche diffère bien entendu d’une entreprise à l’autre. Même au sein d’une même entreprise, de nouvelles habitudes vont naître entre les différentes équipes. Une formule unique pour l’ensemble des collaborateurs ne fonctionne plus. En outre, s’intéresser à la différence démontre aussi une approche humaine. Le dirigeant d’entreprise et le responsable RH jouent aussi un rôle crucial pour aboutir à une réalité nouvelle, équilibrée et réalisable tout en faisant des essais.

Dans notre whitepaper La nouvelle façon de penser le travail hybride … et comment y répondre intelligemment, vous découvrirez beaucoup d’idées et de « do’s-and-don’ts » pratiques. Un premier d’une série de trois portant sur les heurs et malheurs du modèle de travail post-Covid.

Autres articles

Vous aves une question?

Vous avez une question ou quelque chose n’est pas clair ? Vous ne savez pas comment réaliser un exercice spécifique ? Vous avez besoin de motivation ? Ou juste envie de parler avec nous ? Vous pouvez le faire au moyen du formulaire de contact ci-dessous !

Formulaire de contact
Je souhaiterais obtenir des informations sur les piliers suivants :

Vous avez une question ou quelque chose n’est pas clair ? Vous ne savez pas comment réaliser un exercice spécifique ? Vous avez besoin de motivation ? Ou juste envie de parler avec nous ? Vous pouvez le faire au moyen du formulaire de contact ci-dessous !

Posthofbrug 16
2600 Berchem
België
KBO BE0725.847.436​
T. +32 (0)3 247 28 88